DOLEANCES OU INFORMATIONS?  CLIQUEZ ICI
Lun - Ven: 8:00 - 16:00
Sam-Dim Fermé
+509 4109 8787 / +509 3489 8787
Téléphone
153, Avenue John Brown
Adresse Postale
Donation

DANS LA PRESSE

Télé Pacific & Journal Le National

Lancement officiel de la fondasyon Je Klere

Une nouvelle structure dénommée « Fondasyon Je Klere (FJKL) » vient d’être  lancée officiellement, le vendredi 27 avril 2018, en ses locaux,  à l’avenue John Brown (Lalue) au # 153. Cette nouvelle organisation,  dirigée par Samuel Madistin et Marie Yolène Gilles, compte intervenir dans le secteur des droits humains pour une nouvelle forme de citoyenneté, une nation.
« Ce n’est pas une organisation de plus dans le secteur des droits humains en Haïti, mais une nécessité qui répond à un besoin », tels sont les mots de de la directrice exécutive de la Fondasyon Je Klere (FJKL), Marie Yolène Gilles, pour expliquer la mise en place de cette nouvelle organisation des droits humains dans le pays.
En effet, selon les responsables, la FJKL est une organisation de citoyens et de citoyennes engagés dans la lutte pour la transformation de cet Etat failli en un Etat moderne, démocratique et populaire, respectueux des droits humains et des règles de la bonne gouvernance.
Pour y arriver, la FJKL se donne pour mission de « préparer chaque Haitien et Haïtienne à devenir un leader responsable et citoyen, participant à la vie publique pour le renouvellement d’un Etat-nation fondé sur des principes de droits humains et de développement durable».
Cette nouvelle structure, à en croire Maître Samuel Madistin, s’appuie sur des valeurs cardinales comme l’intégrité, le courage, la solidarité et la justice.

En ce sens, précisent les responsables, l’objectif principal de l’organisation est de « porter les citoyens et citoyennes à prendre conscience de l’injustice sociale et de l’oppression collective qu’ils subissent, tout en leur outillant pour une prise de conscience basée sur un engagement citoyen réel vers la mise en place de communautés fortes et inébranlables capables de changer et/ou de renverser le statu quo socioéconomique.

Des colloques, des journées d’études, de réflexions et toutes autres formes de manifestations socio-culturelles sont prévues pour sensibiliser et conscientiser les citoyens sur les valeurs fondatrices de l’État haïtien.

D’après la directrice exécutive de la FJKL, Marie Yolène Gilles, la fondasyon est un nouvel outil pour répandre les droits humains dans le pays et le respect des droits de chaque individu. Pour y arriver, madame Gilles voit déjà son organisation alignée dans la lutte pour la justice sociale, contre la corruption et les injustices faites aux filles et aux femmes.
 Aux dires la directrice de la fondasyon, « nous allons sonner la sonnette d’alarme pour obliger à l’État haïtien d’assumer ses responsabilités, en garantissant le droit à la santé et à l’éducation pour tous ». Elle a aussi mis en avance la volonté des membres de l’organisation, qu’elle appelle « citoyens je klere », pour dénoncer les mauvaises pratiques, dit-elle « il faut que les personnes puissent vivre comme des personnes ». 

De son côté, le président du conseil directeur de la FJKL, Samuel Madistin, a relaté les constats qui ont conduit à la création de cette fondasyon. « Désengagement des citoyens à la chose publique, perception d’impuissance à pouvoir changer le statu quo, galvaudage du militantisme politique et citoyen, résignation presque totale des groupes sociaux professionnels et autres » sont parmi les constats qui ont motivé la mise en place de la FJKL. Selon maître Samuel Madistin, la Fondasyon Je Klere est une réponse à ces observations, une idée nouvelle pour la transformation sociale et le recadrage des tissus sociaux. Il a avoué que son organisation sera au cœur de la lutte contre la corruption. « Une lutte qui mettra fin à l’impunité », a insisté l’avocat.

Par ailleurs, à la fin de la cérémonie, les responsables ont inauguré les trois salles de travail de ladite fondasyon. La première salle située à droite de la rentrée de la fondasyon porte le nom d’Anténor Firmin. Ce  choix s’explique, selon maître Masdistin, parce que la vision de Firmin correspond à celle de la fondasyon. La deuxième salle, à gauche et à l’étage porte le nom de salle des militants et militantes de l’ombre pour honorer la mémoire des militants qui ont combattu par derrière de la scène. Et, la troisième, Joseph Turnep Delpé, pour l’intégrité, le courage de ce vaillant homme qui a lutté pour un vrai dialogue national.

Il faut souligner que la coordination de la Fondasyon Je Klere (FJKL) est composée de neuf personnes dont les plus connus sont Marie Yolène Gilles, directrice exécutive, et maître Samuel Madistin, président du conseil directeur. Déjà, les responsables de la FJKL attendent les personnes victimes à venir déposer leurs plaintes afin que la Fondasyon les aide à trouver justice qui leur est due.

Woovins St-Phard  in Journal Le National

Suivez-nous sur Facebook

Nos Tweets

Fondation Je Klere / @je_klere

Galerie d'Images

Newsletter

Prière d'entrer votre adresse Email pour vous abonner à notre Lettre d'Informations périodique.

© 2018 Fondation Je Klere (FJKL). Tous Droits Réservés.
153, Avenue John Brown, Lalue, Port-au-Prince, Haïti. +509 4873-4727 / +509 4098-0590
Site propulsé par:GRAFIKLIF-Webalaminute

Recherche

Nos Visiteurs

Nous avons 95 invités et aucun membre en ligne